Cours intensif pour des sapeurs-pompiers provenant d‘Asie

  16. octobre 2015

En automne 2015, l’International Fire Academy a mis sur pied, pour la première fois, un cours intensif dans le cadre duquel c’est l’anglais qui était la langue de travail. En effet, tous les participants qui ont suivi ce cours provenaient du Moyen-Orient et de l’Asie. Dans ce contexte, le défi qu’on dû affronter les instructeurs n’était pas tant de traduire les contenus du cours que de savoir si les procédures européennes mises en place, aussi bien au niveau de la tactique qu’à celui de la technique, conviendraient à des sapeurs-pompiers issus de ces cultures.

L’évidence qui unit les sapeurs-pompiers

Les participants qui ont suivi ce premier cours intensif dispensé en anglais provenaient de trois pays totalement différents et le seul point qu’ils avaient en commun était leur fonction de multiplicateurs. Les participants provenant de Hong-Kong étaient issus des rangs du Fire Service local, lequel est placé sous l’égide du Compartment Fire Behaviour Training/Fire and Ambulance Services Academy. Quant à ceux provenant de Singapour, ils étaient membres de l’Aviation Academy (School of Airport emergency Services) alors que ceux d’Abou Dhabi provenaient de la Police & Civil Defence Academy.

Il est à noter que les différences culturelles existantes se sont faites jour plus clairement en marge de la formation, c’est-à-dire durant les pauses et les repas. Par contre, durant le cours proprement dit, les participants ont très rapidement constitué un groupe homogène, notamment en raison des valeurs, des idéaux et de l’état d’esprit qui caractérisent tous les sapeurs-pompiers du monde. Malgré de nombreuses différences, les participants se sont également rapidement familiarisés avec les équipements qui leur ont été mis à disposition et avec la technique proposée. A ce propos, de nombreux détails leur étaient inconnus, comme par exemple le fait d’utiliser des signaux acoustiques afin de constituer un système de communication redondant avec les transmissions par radio.

Dans un premier temps, le fait que tous les participants parlaient anglais n’a pas suffi à assurer une collaboration sans accrocs car de nombreuses différences sont apparues au niveau de la terminologie et de l’emploi et de la signification de certaines expressions. Ces différences ont toutefois pu être gommées dès le début de l’instruction dans la mesure où tous les participants et tous les instructeurs se sont mis d’accord sur l’emploi d’un vocabulaire technique unifié.

Travailler main dans la main

L'un des défis qui a dû être relevé dans le cadre de cette formation internationale a également été celui du nombre des participants à répartir dans des groupes finalement relativement petits. Ainsi, dans certains exercices d'intervention, les instructeurs de l'International Fire Academy ont dû occuper eux-mêmes des fonctions vacantes au sein des équipes ainsi constituées. Cela a eu pour conséquence d'une part de réduire notablement la "distance" qu'il y a généralement entre les formateurs et les participants aux cours et, d'autre part, de faire en sorte que les instructeurs ont pu véritablement être au coude à coude avec les collègues sapeurs-pompiers orientaux dont ils ont pu de ce fait bien appréhender les procédure d'intervention. "La collaboration a très bien fonctionné et, pour nous, ce cours a été une expérience passionnante et enrichissante", résume Marianne Wernli, responsable de l'instruction à l'International Fire Academy et qui, en l'occurrence, a fonctionné comme commandant de cours.

Hongkong teste l’application de la tactique

Durant ce cours, des différences significatives ont également été constatées dans le domaine des procédures et des techniques d’ordre général. Ainsi, certains des éléments tactiques étaient totalement nouveaux pour les participants, comme par exemple l’attaque en tenaille qui a suscité un vif intérêt et dont la mise en œuvre a convaincu les participants issus du Hong Kong Fire Service. Ceux-ci ont d’ores et déjà fait part de leur intention de tester la tactique d’intervention développée par l‘International Fire Academy afin de l’intégrer à leurs procédures. C’est en discutant de la possibilité de transférer les enseignements qu’il a été constaté, de manière assez inattendue, que la structure de conduite des sapeurs-pompiers de Hong Kong est pratiquement la même qu’en Suisse et qu’elle ne diffère que par les désignations employées.

Echanges sur des questions de didactique

Les collègues formateurs ont largement pu profiter des soirées de cours pour avoir de nombreux échanges dans le domaine de la didactique. Ici aussi, il est ressorti que, dans ce contexte, les questions fondamentales sont les mêmes. Ainsi par exemple, la recherche de l’équilibre idéal entre théorie et pratique et la thématique du déroulement de l’instruction ont été au cœur des discussions.

Certains participants au cours ont été étonnés de la façon dont les Suisses appréhendent les notions de ponctualité et de précision. Ce qui au départ leur paraissait inhabituel est très rapidement devenu à leurs yeux un élément d’une grande utilité. De manière générale, l’enseignement dispensé dans le cadre de ce cours a été qualifié de très professionnel et de très respectueux. De l’avis des participants, ce cours intensif suivi en commun constitue une très bonne offre et permet parfaitement de se familiariser avec les procédures de défense incendie instruites à l‘International Fire Academy.

Cette offre de cours doit être poursuivie

Les personnes intéressées à la mise sur pied d’un deuxième cours intensif dispensé en anglais peuvent s’adresser par courriel à Marianne Wernli. Un descriptif du cours peut être téléchargé ici

retour