Interview au sujet des incendies dans le tunnel du Gothard

  14. janvier 2013

Dans cette interview, Beat Walther, commandant suppléant du Service d'intervention du Gothard, explique les embrasements généralisés de deux camions survenus les 20 et 25 octobre 2012 (voir Nouvelles du 29 octobre 2012) et replace ces interventions dans le contexte des nombreux engagements réalisés chaque année dans le tunnel du Gothard.

ifa : Monsieur Walther, deux camions totalement ravagés par le feu en à peine cinq jours, ce n'est pas une situation courante.

Beat Walther : En effet. Mais notre rôle est d'être prêts à intervenir 24 heures sur 24. Chaque année, nous effectuons ainsi entre 100 et 150 interventions. Il s'agit le plus souvent de remorquer des véhicules en panne ou d'apporter une aide technique, mais il nous arrive d'être appelés pour circonscrire des incendies de véhicules, même s'il est plutôt rare de devoir éteindre un camion totalement embrasé. Une telle accumulation est donc relativement exceptionnelle, mais elle doit pouvoir être maîtrisée.

ifa : Quels enseignements avez-vous tiré de l'embrasement généralisé de ces deux camions ?

Beat Walther : Notre procédure, qui consiste à nous approcher le plus rapidement possible du foyer de l'incendie et à lutter immédiatement contre celui-ci, s'est avérée être la bonne dans les deux cas. Nous sommes ainsi parvenus à stopper la production de fumées à la source et à éviter leur propagation vers d'autres portions du tunnel. Dans le cas du second incendie, le feu s'est propagé très rapidement à toute la cabine du conducteur. Etant donné qu'à ce moment-là nous ne savions pas si le conducteur avait pu se mettre à l'abri, nous souhaitions ouvrir la cabine pour l'examiner. Mais à ce moment, il n'était déjà plus possible d'ouvrir les portes normalement, les poignées ayant été endommagées. Cette difficulté sera prise en compte à l'avenir dans nos formations. Par ailleurs, le chauffeur du camion en feu s'en est sorti indemne et a été localisé plus tard dans l'abri de protection le plus proche.

ifa : Pourquoi venez-vous vous entraîner régulièrement avec vos forces d'intervention dans les tunnels d'exercice de l'International Fire Academy ?

Beat Walther : L'expérience est un aspect essentiel. Les tunnels d'exercice de l'International Fire Academy nous donnent l'occasion de nous entraîner sans risque, mais dans des conditions d'engagement très réalistes, pour permettre à tous les membres du Service d'intervention d'accumuler suffisamment d'expérience personnelle. Dans le cas d'un incendie en tunnel, il est particulièrement important de contrôler le feu rapidement. Sinon, les hausses de température et les forts dégagements de fumées augmentent les risques liés à l'intervention. Dans les tunnels d'exercice de l'International Fire Academy, nous disposons de conditions optimales pour aborder les événements les plus divers à plusieurs reprises et de différentes manières, ce qui nous permet d'optimiser en permanence nos procédures. C'est aussi l'occasion de tester notre matériel et nos véhicules dans des conditions réelles et d'essayer des nouveautés. Les expériences acquises sont nombreuses et la qualité de la collaboration de toutes les personnes impliquées est ainsi durablement renforcée. Cela permet de maîtriser plus efficacement les événements pendant les engagements, de renforcer la sécurité et de diminuer les dommages, ce qui, au final, limite les coûts.

ifa : Après ces deux interventions, le tunnel routier du Gothard à chaque fois pu être rouvert à la circulation le jour même. N'y a-t-il eu aucun dégât au tunnel ou à ses infrastructures ?

Beat Walther : Il est clair que les infrastructures du tunnel ont subi des dommages, mais ceux-ci étaient relativement limités. Certains dommages ont pu être réparés rapidement. Quant aux autres, ils ne constituaient pas une menace pour la sécurité des usagers du tunnel. Outre le sauvetage des personnes, l'une de nos tâches essentielles en cas d'intervention est également la protection de l'ouvrage et des équipements techniques. Par rapport à la durée de fermeture de 2001, lorsque le tunnel routier du Gothard avait dû être totalement fermé pendant près de deux mois pour les travaux de réparation, nous pouvons constater que les dommages provoqués par les deux incendies du mois d'octobre 2012 ont pu être fortement limités. La tactique adoptée ainsi que les moyens et dispositifs techniques engagés ont fait leurs preuves. Ils doivent cependant faire l'objet de formations permanentes pour que les rouages fonctionnent parfaitement et pour limiter le plus possible les dommages à l'ouvrage.

ifa : Monsieur Walther, nous vous remercions pour cet entretien et vous souhaitons plein succès dans vos engagements futurs.

 

Le Service d'intervention du Gothard est compétent pour la maîtrise des événements qui surviennent dans les 16,8 km du tunnel routier du Gothard et sur les deux voies d'accès escarpées, ainsi que dans 14 autres tunnels autoroutiers (deux en direction du nord, douze en direction du sud) qui présentent des dénivellations de plus de 5 % par endroits. Basés au niveau des deux portails du tunnel routier du Gothard, 49 membres du Service d'intervention et 24 véhicules d'intervention se tiennent prêts à intervenir. En outre, 24 heures sur 24 et 365 jours par an, quatre membres du Service d'intervention font en sorte, à chaque portail, que les forces d'intervention entrent dans le tunnel routier du Gothard au plus tard trois minutes après la transmission de l'alarme.

 

Pour de plus amples informations sur le Service d'intervention du Gothard, cliquez ici

Pour de plus amples informations sur les formations du Service d'intervention du Gothard et les autres événements organisés à l'International Fire Academy, cliquez ici

retour