Une doctrine d’intervention en tunnels ferroviaires unifiée pour toute la Suisse

  18. septembre 2018

Dans le cadre d’un processus de travail intensif qui a duré quatre ans, l’équipe Didactique et développement (EDD) de l‘International Fire Academy a défini une tactique d’intervention orientée vers la pratique pour les événements survenant dans les tunnels ferroviaires ainsi que la formation nécessaire pour les maîtriser. La "Doctrine d’intervention dans les tunnels ferroviaires" a été approuvée à l’automne 2018 par la Conférence suisse des inspecteurs sapeurs-pompiers en tant que base de formation obligatoire pour tous les corps de sapeurs-pompiers suisses. Elle constitue également la référence de base des cours proposés aux sapeurs-pompiers non suisses par l’International Fire Academy.

Quatre défis clés ont été identifiés

L’EDD est un groupe de travail interdisciplinaire composé d’inspecteurs des sapeurs-pompiers, de représentants des exploitants d’infrastructures ferroviaires et de l’Office fédéral des transports, de collaborateurs et de collaboratrices de l’International Fire Academy et de l’Ecole de formation des sapeurs-pompiers du Land du Baden-Württemberg ainsi que d’experts du domaine sapeur-pompier et du domaine ferroviaire. C’est ensemble que tous ces spécialistes ont identifié quatre défis clés auxquels les sapeurs-pompiers sont confrontés lorsqu’ils interviennent dans un tunnel ferroviaire:

– les dangers spécifiques à l’exploitation ferroviaire;

– la difficulté d’atteindre les portails des ouvrages avec des 
   véhicules routiers;

– les conditions de flux d’air souvent instables;

– les grandes profondeurs de pénétration requises (souvent
   plusieurs kilomètres).

Des règles de sécurité pour les interventions sur les installations ferroviaires

Au vu des risques spécifiques inhérents aux installations ferroviaires et à leur exploitation, l’EDD a adapté les règles de sécurité existantes pour le personnel travaillant dans le domaine ferroviaire aux particularités des interventions des sapeurs-pompiers (voir illustration). Ces règles constituent les principes de base d’un comportement sûr sur le lieu de l’intervention et dispensent les sapeurs-pompiers de l’obligation de "comprendre" les installations ferroviaires et leur système d’exploitation ainsi que de devoir les évaluer eux-mêmes en termes de dangers. Dans ce contexte, il est à noter que, en cas d’intervention, la coopération avec un représentant du gestionnaire de l‘infrastructure ferroviaire est en principe nécessaire.

Dans les tunnels ferroviaires aussi, il faut "éteindre pour sauver"

Le principe "Eteindre pour sauver", tout d’abord développé pour les interventions de défense incendie dans les tunnels routiers, reste également applicable dans les tunnels ferroviaires. En effet, le schéma tactique reste le même: éteindre le feu le plus rapidement possible en l’attaquant du côté de l’entrée de l’air afin d’améliorer rapidement les conditions de la recherche et du sauvetage du côté de la sortie de l’air. Il est toutefois à noter que la plupart des tunnels ferroviaires ne sont pas équipés de systèmes de ventilation mécanique, raison pour laquelle le flux d’air peut s’inverser plusieurs fois au cours d’une même intervention. Cette particularité a un impact particulier sur les profondeurs de pénétration possibles des forces d’intervention dans le tunnel ferroviaire concerné. Même du côté de l’entrée de l’air, les intervenants doivent en effet s’attendre à tout moment à se trouver confrontés à des fumées et ne devraient de ce fait pas pénétrer plus loin qu’ils ne peuvent revenir sous protection respiratoire en cas d’inversion des fumées. A ce sujet, l’EDD fournit les valeurs empiriques suivantes pour les appareils de protection respiratoire bi-bouteilles: sous protection respiratoire, des profondeurs de pénétration d’environ 500 m peuvent être atteintes, le principe de base étant toujours que c’est l’équipe engagée dans l’ouvrage qui décide quand elle fait demi-tour. Du côté de l’entrée de l’air, il ne faudrait pas avancer de plus de 1000 m (sans avoir endossé le masque) afin, le cas échéant, de disposer de suffisamment d’air respirable pour pouvoir effectuer un repli sous protection de la respiration.

Véhicules combinés rail-route avec volume sécurisé

Etant donné que, en Suisse, les tunnels ferroviaires ne peuvent pas être empruntés par des véhicules routiers, des moyens de transport spéciaux sont nécessaires pour parcourir de grandes profondeur de pénétration. En principe, les trains d’extinction et de sauvetage (TES) sont idéaux pour cela, le problème étant toutefois qu’ils ne sont pas toujours disponibles rapidement. De ce fait, il est possible d’engager d’autres moyens de transport, tels que par exemple des palettes à roues, moyens de transport qui en revanche – contrairement aux TES – n’offrent aucun espace sécurisé. L’EDD voit ici un potentiel de développement pour des véhicules combinés rail-route avec volume sécurisé, véhicules qui sont actuellement en phase de planification auprès d’une compagnie ferroviaires.

retour